www.faune-nievre.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
http://nievre.lpo.fr
Accueil
 
Les partenaires
Consulter
  Les observations
    - 
Les 2 derniers jours
    - 
Les 5 derniers jours
    - 
Les 15 derniers jours
     Cartes temporaires
       - 
Cigogne blanche 2020
       - 
Oedicnème criard 2020
       - 
Chevalier guignette 2020
       - 
Bruant jaune 2020
       - 
Faucon pèlerin 19-20
       - 
Pinson du Nord 2020
       - 
Grive mauvis 19-20
       - 
Grive litorne 19-20
       - 
Fauvette à tête noire 19-20
       - 
Tarier pâtre 19-20
       - 
Pluvier doré 19-20
       - 
Grosbec casse-noyaux 19-20
       - 
Chevêche d'Athéna 2020
       - 
Huppe fasciée 2020
       - 
Héron cendré 2020
       - 
Héron garde-boeufs 2020
       - 
Aigrette garzette 2020
       - 
Bihoreau gris 2020
       - 
Grande Aigrette 2020
       - 
Grue cendrée 2020
       - 
Vanneau huppé 19-20
       - 
Moineau friquet 2020
       - 
Bouscarle de Cetti 19-20
 - 
Les photos et les sons
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
Espèces à publication limitée
    - 
Explication des symboles
    - 
Des QUESTIONS ? La FAQ !
  Statistiques d'utilisation
Atlas & cartes interactives
 - 
Cartes des oiseaux nicheurs
 - 
La faune de votre commune
 - 
Inventaire de la faune Nivernaise
NATURALIST
 - 
Toutes les infos ICI !!!
 - 
Mode d'emploi
AIDES à la SAISIE
 - 
Code de reproduction : les dates et les milieux
 - 
Code de reproduction: détails et exceptions
 - 
L'AGE d'un OISEAU ?
 - 
OISEAUX des JARDINS
 - 
OISEAUX des JARDINS : les confusions fréquentes
 - 
L'OISEAU RARE ! (en Bourgogne)
 - 
Module MORTALITÉ : Quésako ?
 - 
PAPILLONS
 - 
ORTHOPTÈRES : mode d'emploi
 - 
APOÏDÉS : mode d'emploi
 - 
ODONATES : les périodes de vol
 - 
INSECTES : pour aller + loin
 - 
AUTRES TAXONS
 - 
SAISIE PAR FORMULAIRE
INFO LPO Nièvre
 - 
Code de déontologie du site
 - 
COMITES : qui fait quoi ?
 - 
Code de conduite sur le terrain
 - 
Sorties Nature
 - 
NOUS REJOINDRE, NOUS SOUTENIR
 - 
REFUGES LPO
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 176
 
jeudi 16 juillet 2020
Mammifères
MISSION HERISSON : c'est parti !

En 2020, le Hérisson d'Europe est à l'honneur. À cette occasion, la LPO, relayée par ses partenaires associatifs, lance un nouvel observatoire national : la Mission hérisson.

Cette enquête participative a pour objectif de déterminer la tendance de la population, indicateur qui nous manque actuellement cruellement.

Pour y participer, il suffit de se doter d’un tunnel à empreintes, de le poser 5 nuits dans le site de son choix, de l'appâter avec quelques croquettes, d'enduire les tampons d'encre naturelle et de disposer deux feuilles de papier à chaque entrée du tunnel. Facile !

À partir de là, tout petit gourmand ou tout petit curieux laissera la trace de son passage. Chaque matin, vous pourrez jouer les inspecteurs et déterminer quelles espèces ont emprunté votre tunnel durant la nuit. En cas de doute, la communauté des experts de la mission vous aidera dans vos déterminations.

Pour transmettre vos résultats, pas besoin de saisie compliquée. Il suffit de faire un cliché des pages d'empreintes et de les poster sur le site dédié, développé en partenariat avec Mosaic, centre de compétence du Muséum national d'Histoire naturelle et de l'Université de la Sorbonne.

Si vous acceptez la Mission Hérisson, rendez-vous sur https://missionherisson.org

posté par Christophe Barge
 
vendredi 10 juillet 2020
Oiseaux
2021 : lancement du prochain Atlas des Oiseaux de France !

 

Depuis la parution de l’Atlas des Oiseaux de France métropolitaine en 2015 (données de 2005-2012), l'avifaune a sensiblement évolué. A titre d'exemple, la Pie-grièche à poitrine rose ne semble plus être nicheuse en France. A l'inverse, l'Ibis falcinelle fait preuve d'un fort dynamisme au-delà de son bastion méditerranéen. Il semble donc important d’actualiser aujourd’hui nos connaissances.

Sous l’égide d’un Comité scientifique animé par la LPO et regroupant associatifs et chercheurs, émerge le projet d’un nouvel Atlas des Oiseaux de France. Il couvrira la période 2021-2024. Ses principaux objectifs sont de cartographier la répartition des différentes espèces d’oiseaux à l’échelle nationale, en période de nidification et d'hivernage, mais également d'améliorer l’estimation des tailles de populations. Cette information fait actuellement défaut pour près de 60% des espèces de l'avifaune nicheuse.

A l'occasion de cet ambitieux projet, dont les départements et territoires d’outre-mer font partie intégrante, l’ensemble des contributeurs de Faune-France seront mis à contribution par l’intermédiaire de leurs observations quotidiennes. Les données collectées sous forme de listes complètes, plus riches d'information, seront largement privilégiées dans les analyses envisagées.

Courant de l’automne, la méthode de prospection sera présentée, notamment par le biais de vidéos. Dans l'attente, un premier document décrit sommairement ce nouveau projet d'Atlas des oiseaux de France.

Légende de l'image : depuis l'Atlas de 2012, la répartition de nombreuses espèces a sensiblement évolué. C'est le cas de celle du Guêpier d'Europe. Le nouvel Atlas des oiseaux de France permettra de dresser un nouvel état des lieux. © Michel Cudel

posté par Annie Chapalain
 
samedi 25 avril 2020
Oiseaux
Épidémie chez les mésanges : ouvrez l'oeil !
 

Les premiers cas ont été notés vers le 11/3 en Allememage, puis l'épidémie a progressé et vient de brusquement s'accélérer. En effet, les notifications d'oiseaux malades et morts au NABU en Allemagne (via formulaire électronique) continuent de grimper d'un total de 8000 entre Mars et Pâques, elles sont passées à 15000 le 15/4, puis 20000 le 17/4 et 26000 le 21/4.
Il faut aussi savoir qu'en même temps l'épidémie s'étend. Il y a des cas confirmés en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg.

L'agent pathogène initialement suspecté vient d'être formellement confirmé, il s'agit de Suttonella ornithocola.
C'est une bactérie découverte et impliquée dans des mortalités de mésanges depuis 1996 au Royaume-Uni. Sa description formelle ne remontant qu'à 2005.
Cette bactérie avait récemment été identifiée comme pathogène responsable d'un petit épisode de mortalité de mésange en Allemagne au printemps 2018...

L'infection entraîne des symptômes et une maladie de type pneumonie... Les oiseaux atteints restent assis apathiquement avec leurs plumes gonflées, ne tentant pas d'échapper aux personnes qui s'approchent, ils n’arrivent plus à s’alimenter, éprouvent des difficulté respiratoires et présentent souvent des atteintes oculaires puis meurent peu de temps après.

S. ornithocola affecte presque exclusivement les mésanges bleues, toutefois les mésanges nonettes, boréales, noires, huppées  et longues-queues sont également potentiellement susceptibles. Les charbonnières quant à elles semblent nettement moins sensibles.

Cette bactérie n'est apparemment pas pathogène pour l'homme et les animaux de compagnie... Toutefois en ces temps de pandémie, il est toujours préférable de réduire les risques donc prenez toutes les précautions nécessaires si vous devez manipuler / collecter des oiseaux ou des carcasses.
 

>>> Afin de limiter la transmission, il faut éviter les rassemblements et il est donc impératif d'enlever les mangeoires et abreuvoirs (ce qui d'ailleurs devrait déjà être fait à cette date).
 

Gardez un oeil sur vos mésanges... Et n'hésitez pas à noter vos observations d'oiseaux morts et symptômatiques en attendant les directives du CRBPO et du SAGIR pour les leur faire remonter.

Vous trouverez ICI un article (en anglais) qui traite de ce sujet.

 

http://files.biolovision.net/www.faune-auvergne.org/userfiles/PhilippeGUEUGNOT7.jpg

 

Crédit photo : Philippe GUEUGNOT

posté par Annie Chapalain
 
jeudi 26 mars 2020
Oiseaux
STOC 2020 et Covid 19

En raison de l’épidémie du coronavirus, le suivi des carrés STOC est annulé pour tous les bénévoles, jusqu'à nouvel ordre.

 

En tant qu’association, nous sommes responsable juridiquement de nos actions dans le cadre de nos activités, c'est-à-dire aussi dans le cadre des suivis de la biodiversité.

 

Adhérent, bénévoles,  nous sommes tous directement concernés. Les circonstances exceptionnelles actuelles exigent que nous nous mobilisions pour appliquer strictement les consignes de confinement émises par le gouvernement.

 

Ne prenez aucun risque et participer plutôt aux défis « Confinés, mais aux aguets » pour les oiseaux (https://www.faune-france.org/index.php?m_id=1164&a=1921#FN1921) mais aussi les papillons (https://www.faune-france.org/index.php?m_id=1164&a=1929#FN1929) depuis chez vous !

posté par Annie Chapalain
 
mercredi 25 mars 2020
Oiseaux
Tuto : comment pointer précisément ses observations dans Naturalist et participer à ACASA (Confinés, mais aux aguets)

Dans le cadre de l'opération "Confinés, mais aux aguets", nous vous proposons un petit tuto pour vous expliquer comment pointer précisément vos observations à l'occasion d'une "Liste sur le terrain" avec NaturaList.

Pour mémoire, ces listes durent 5 minutes (protocole EPOC) et chaque contact d'oiseaux doit être précisément pointé. On insère "EPOC" dans le champ "Commentaire" et on sélectionne "[ACasa] Confinés mais aux aguets" comme code étude.

Bonnes observations !

Pour visualiser cette vidéo directement dans YouTube : << cliquez ici >>.

Légende de l'image : Geai des chênes © Michel Wöhrel

 
posté par Philippe Jourde schedule mercredi 25 mars 2020,
posté par Annie Chapalain
 
jeudi 19 mars 2020
Oiseaux
Confinés mais aux aguets : inventaire des oiseaux de chez vous.

Le défi proposé par Faune-France consiste à noter toutes les espèces que vous observez de chez vous, sous forme de listes complètes. Il peut s'agir :

- de formulaires Oiseaux des jardins, et dans ce cas pas besoin de code. Si votre inventaire est complet, il est possible de l'indiquer en éditant une donnée du relevé, puis en faisant "Modifier formulaire" et enfin en cliquant sur "Toutes les espèces vues ont été signalées".

- de listes de 5 minutes, intégrant le programme EPOC, dans ce cas merci de l'indiquer en commentaire de la liste et de bien sélectionner le code étude "[Acasa] Confinés mais aux aguets" ; vous pouvez faire autant d'EPOC que vous voulez.

- de listes complètes plus longues, idéalement de 20 minutes au maximum, avec là encore la sélection du code étude "[Acasa] Confinés mais aux aguets".

Comment trouver les codes études ?

Sur Faune-France et les Faunes locaux, il est demandé sur la première page, avant de lister les espèces :

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/Web.JPG

Sur NaturaList le Code étude est demandé à la fin du relevé.

http://files.biolovision.net/www.faune-france.org/userfiles/NEws/NaturaList.jpg

 

Pour savoir comment faire des listes complètes :

- Sur Faune-France ou faune-nievre.org;

- Sur NaturaList en positionnant chaque oiseau, idéal pour les EPOC

- Sur NaturaList en listant toutes les espèces détectées, idéal pour les listes de plus de 10 minutes.

 
posté par Philippe Jourde schedule jeudi 19 mars 2020, 09:00

 

posté par Annie Chapalain
 
samedi 7 mars 2020
Hyménoptères
Xylocopes : gare aux confusions !
 
 

Environ 34.600 espèces d’insectes ont été inventoriées en France métropolitaine ! La plupart des guides naturalistes n’en décrivent que quelques centaines. Mis à part quelques espèces d’identification facile, comme le Lucane cerf-volant ou la Rosalie des Alpes, il est illusoire de vouloir nommer vos observations à partir de ces ouvrages de vulgarisation généralistes, qui n’indiquent malheureusement quasiment jamais les risques de confusion.

Ainsi, la plupart des livres d’entomologie ne mentionnent qu’une espèce de grosse abeille sombre aux ailes violacées : le Xylocope violacé Xylocopa violacea, ou Abeille charpentière. Or il existe quatre espèces en France et plusieurs autres abeilles sombres avec lesquelles ils peuvent être confondus.

Quels critères de détermination ?

Faune-Alsace reprend les critères de détermination pour les trois espèces aux ailes violacées. La quatrième, Xylocopa cantabrita, à la cuticule brun de poix, les ailes jaunies et à la pilosité roussâtre sur l’abdomen, n’est pour l’heure connue que de deux localités méditerranéennes en France, près de Perpignan (Pyrénées-Orientales) et dans le massif de la Sainte-Baume (confins du Var et des Bouches-du-Rhône).

Pour plus de détails encore, nous vous invitons à consulter la Révision des Xylocopinae de France et de Belgique, réalisée par Michaël Terzo, Stéphanie Iserbyt et Pierre Rasmont.

Les fausses-amies

Mais attention, car on peut aussi confondre Xylocopus iris, le plus petit du genre, avec d’autres hyménoptères sombres qui ont la même période de vol entre fin mars et fin aout, comme Megachile parietina, Andrena morio, A. gr. pilipes, A. agilissima ou A. afrensis... La prudence est donc de mise.

Nommer les xylocopes et leurs sosies ?

La détermination des xylocopes en vol est impossible. Il est nécessaire de procéder à un examen détaillé des animaux, idéalement en main, mais la piqûre des femelles est très douloureuse et la distinction de deux sexes délicates. La détermination sur photo est envisageable sur des animaux posés pour lesquels les critères de détermination sont visibles.

Dans tous les autres cas, les données devront être saisies sous l’appellation « Xylocope indéterminé ».

Comment faciliter le travail des validateurs ?

1)    Ne saisir sur Faune-France que des espèces dument déterminées. Si vous avez un doute sur une détermination ou si vous ne savez pas quelle espèce vous avez observez, saisissez là en utilisant « Xylocope indéterminé »;

2)    Documenter au mieux vos observations en joignant, autant que possible, des images détaillées et en décrivant dans le champ « remarque » les critères de détermination observés et utilisés pour aboutir à l’identification. Les détails de type « Allure typique » ou « Bien vu » n’aident en rien le validateur, qui a besoin d’éléments factuels pour vous assister au mieux ;

3)    En contribuant activement au processus de validation en répondant le plus objectivement et de façon la plus détaillée et constructive possible aux sollicitations de votre correspondant.

 

Légende de l'image : le Xylocope violet n'est pas la seule grande abeille à avoir des ailes irisées de sombre. © David Genoud

(texte d'après le post de Philippe Jourde / jeudi 27 février 2020)

posté par Annie Chapalain
 
mardi 10 décembre 2019
Oiseaux
Pourquoi il ne faut pas donner du pain aux cygnes et aux canards

Ne donnez pas de pain aux cygnes et aux canards, cela génère des maladies et peut même les tuer. Le système digestif des cygnes et des canards n’est pas adapté à l’ingestion du gluten présent dans le pain.

Cet aliment provoque des dysfonctionnements du foie conduisant à une sorte de cirrhose. Il est très néfaste de donner du pain aux oiseaux, en particulier aux cygnes et aux canards qui sont herbivores.

En effet, les conséquences sont multiples :

  • La malformation des os : le pain est très pauvre en vitamine et en minéraux. C’est un aliment facilement accessible lorsque les personnes en jettent dans l’eau, et il rassasie. Les oiseaux vont donc s’en alimenter et ne pas diversifier leur alimentation. Des carences vont se former, dont un manque de calcium, la pousse des os ne se fait plus normalement, et le bout des ailes se recourbe. Ce syndrome est appelé ‘ailes d’ange’. Les oiseaux touchés ne peuvent pas voler et donc s’enfuir en cas de danger.
  • Les troubles digestifs : le pain gonfle et colle dans l’estomac des oiseaux qui n’ont pas l’appareil digestif adapté à la digestion de cet aliment. Les troubles peuvent être importants et provoquer la mort de l’oiseau.
  • Le surpoids : les oiseaux qui consomment du pain sont en surpoids ce qui empêche l’oiseau de voler pour s’enfuir et le laisse vulnérable face aux dangers divers (prédation, collision avec des véhicules…).
  • La propagation des maladies : les cygnes et les canards vont souvent se regrouper autour des points où les personnes jettent de la nourriture en abondance. Le regroupement d’oiseaux favorisent la propagation des maladies (dont notamment le botulisme, une maladie transmissible à l’Homme).
  • La propagation des rats : en jetant de la nourriture aux canards, n’oubliez pas que vous nourrissez également les rats.

Source LPO PACA (https://paca.lpo.fr/soins-animaux/conseiller/cohabiter-avec-la-faune-sauvage/6006-ne-donnez-pas-de-pain-aux-cygnes-et-aux-canards-cela-genere-des-maladies-et-peut-meme-les-tuer).

posté par Annie Chapalain
 
vendredi 15 novembre 2019
Oiseaux
Protocole des données Grands Cormorans

Revoilà le temps des comptages du Grand Cormoran aux dortoirs.
Comme les années précédentes, merci de bien respecter les règles suivantes pour la saisie de vos observations :

  • Si vous rentrez la donnée sur Naturalist, l'heure sera marquée automatiquement, sinon, notez l'heure d'observation dans la petite case prévue à cet effet (onglet calendrier)
  • Rentrez le lieu-dit le plus précisement possible en choisissant l'option "Ajouter une observation précise".
  • Rentrez vos données même s'il n'y a aucun oiseau sur le site (rentrez le chiffre "0" dans la rubrique "nombre"). En effet, il est primordial de savoir qu'un comptage a été effectué sur un dortoir et qu'il n'y avait aucun oiseau.
  • Dans la rubrique "remarques", notez : Hiver 2019-2020/1er (ou 2ème ... etc) comptage/autres remarques intéressantes (respectez bien le "/" sans blanc autour)
  • Si vous faites des comptages intermédiaires, remplacez "1er comptage" par "comptage intermédiaire" (même s'il est = 0)

Ne vous étonnez pas si une petite clé jaune apparaît au niveau de votre donnée, cela signifie que toutes les données cormorans sont protégées. Personne d'autres que vous (hormis les administrateurs ainsi que les membres des comités de vérification et de validation) ne pourra voir cette donnée, et tout naturellement, vous ne pourrez voir celle des autres observateurs.
Si vous ne souhaitez pas rentrer ces données, faites-le moi savoir, je les rentrerai moi-même en mentionnant votre nom dans la rubrique "remarques" (sauf avis contraire).
Merci de votre collaboration.

Jean-Paul Jost (cliché de JL Mérot)

posté par Christophe Barge
 
vendredi 8 novembre 2019
Oiseaux
Des centaines de grues observées dans le ciel nivernais comme ailleurs en France. A vos jumelles !
posté par Annie Chapalain
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 176

Ligue pour la Protection des Oiseaux Association locale Nièvre - LPO 58 -
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2020